Présentation

 

Catherine Andrieu est née à Metz en 1978. Elle est à la fois peintre et poète. Elle a enseigné la philosophie à Aix-en-Provence, avant de s’installer à Paris en 2004 pour préparer l’agrégation.

 

Après un essai sur Spinoza écrit en 2002 et publié en 2009, elle s’oriente vers la poésie afin de retrouver la spontanéité de l’écriture, suite à un bouleversement personnel.

 

Elle débute une carrière d’artiste-peintre, sous l’influence de Munch et du pop art, en travaillant la photogra-phie numérique, puis en peignant à l’huile en autodidacte. Elle expose à Charleville-Mézières, à Juniville et à Paris.

 

C’est un drame qui a marqué l’entrée de Catherine Andrieu dans le monde particulier de la poésie. Le besoin d’une parole intime et personnelle, comme un exorcisme face à la perte d’un être cher, s’est imposé à elle. Dès lors, l’écriture s’est peuplée de fantômes et de spectres vivants. La certitude de la philosophie s’est éloignée, l’expérience de la maladie a débuté. Une mythologie personnelle s’inscrit alors dans deux recueils : Poèmes de la Mémoire oraculaire en 2010 et Nouvelles lunes en 2014.

 

Ecriture et peinture sont le même visage de la création chez Catherine Andrieu. Une même confrontation avec ses démons alimente sa production et influe sur sa vie personnelle. L’âme de Catherine Andrieu est tourmentée parce que les certitudes de l’esprit se sont effacées. Face à cette désintégration, l’art devient un moyen de lutte contre les effets de la maladie. Où régnait l’ordre sévit le « Chaosmose », un mélange de chaos et d’enthousiasme pour les événements de l’esprit. Catherine Andrieu inaugure ainsi une nouvelle représentation philosophique, où les particularités de chacun priment sur les lieux communs et les idées préconçues. Les théories d’antan se sont envolées dans l’expérience tragique du quotidien. La pensée ne suffit plus, il faut désormais du renouveau.

 

La meilleure chose qui soit arrivée à Catherine Andrieu est d’avoir fait d’importantes rencontres, au moment où elle en avait le plus besoin. L’analyse est une béquille afin de s’emparer de sa propre problématique, de garder la tête hors de l’eau. Une béquille supplémentaire, comme le resteront toujours l’art et la création. Forte d’une œuvre déjà riche, Catherine Andrieu a la volonté de questionner les astres. Elle est d’ores et déjà un personnage céleste.

 

 

  Daniel Brochard