Critique de
Jean-Paul Gavard-Perret

 

"Trans­fi­gu­ra­tions"

www.lelitteraire.com

 

"Les miroirs soufflés de Catherine Andrieu"

www.linternaute.com

"Aux affluents des songes : Catherine Andrieu"

www.linternaute.com

 

"Le Mino­taure de Catherine"

www.lelitteraire.com

"Poétesse de l’effacement"

www.lelitteraire.com

 

"Cathe­rine Andrieu fausse mys­ti­fi­ca­trice"

www.critiqueslibres.com

 

"Dans l'intimité du processus créatif"

www.critiqueslibres.com

 

"Contre toute attente"

www.lelitteraire.com

 

"Les secrets de Catherine Andrieu"

www.linternaute.com

 


"Vers l’ouverture"

www.lelitteraire.com

 

"Catherine Andrieu et le vertige du mythe"

www.linternaute.com


Faisant retour à un certain classicisme poétique, Catherine Andrieu  trouve  de quoi nourrir un double mouvement existentiel entre Eros et Thanatos. Paradoxalement se soumettre aux règles de la versification lui permet d'être plus libre et de s'oser dans le désir même si la maladie et ses enfers demeurent présents.
Existe là une catharsis implicite où âme et corps ne font qu'un. Si bien que même si "une partie de moi fut perdue", l'appel des sens demeure ce qui n'est pas sans entraîner des égarements presque voluptueux quoique marqués sinon de repentance, du moins d'une sorte de culpabilité.
Créative, Catherine Andrieu le reste comme elle s'accroche à son écriture nourrie de peintres (Van Gogh, Gauguin, Dali) et d'écrivains (de Kundera à Robbe-Grillet, de Gide à Cioran ou Duras) qui lui permettent de nourrir autant son âme "monstrueuse" que son regard "clair" à travers sa poésie. Celle-ci montre ce qu'une telle auteure rare et importante  a "dans le ventre" et ne laisse pas placide - tant s'en faut.

 


"Catherine Andrieu scriptographe de l'amour"

www.critiqueslibres.com

 

"Catherine Andrieu par et pour l'amour"

www.linternaute.com

 

"Les mou­ve­ments d’amour"

www.lelitteraire.com

 

Catherine Andrieu à la fois exacerbe et renverse les données du processus libidinal qu’elle induit et provoque. Est-ce comme l'écrivit Yourcenar pace que « Les Français ont stylisé l’amour, ils y ont cru et se sont obligés de le vivre. Ils l’auraient vécu différemment s’ils n’avaient pas toute cette littérature derrière eux ». Ce n'est sans doute pas le cas pour celle qui attrape le désir par l'échine en hommage à un certain surréalisme.

Si chez une telle auteure la liberté fut plus imaginaire que réelle, ici Eurydice, sans oser se mouiller en rameutant ce qui lui est arrivé et qui l'a conduit vers l'ouverture en rameutant un lyrisme si particulier de celle qui est mer, terre, étoile et mouette à la portée du cliquetis des mats percussionnistes de ses diverses amours

Un « temps » paradoxal émane étrangement en des surfaces faites d'aveux. Cela fait penser sur le plan de l’effet de vision à la fameuse anecdote sur Giotto. Jeune élève de Cimabue il peignit de manière si frappante une mouche sur le nez d’une figure commencée par son maître, que celui-ci, en se remettant au travail, essaya plusieurs fois de la chasser avec la main avant de s’apercevoir de sa méprise… A sa manière Catherine Andrieu est une Giotto « scripturographe » des émois amoureux.

Entre l’extériorité lumineuse et le repli des plus impudiques elle lie sans cesse l'ouvert et le retrait. L'acte de délimiter l'espace par l’effet de grossissement de la lentille revient d’ailleurs à porter encore plus à découvert l’infime et la libre vastitude. On se souvient alors qu'être sur terre veut dire être sous le ciel (de lit). Et il n'est plus besoin de diviniser les astres pour éprouver la (douce) contrainte de la station terrestre et le sentiment des effluves des douleurs et des voluptés.

 


"L’absolu et son mâl(e)"

www.lelitteraire.com

 

Les moti­va­tions de Cathe­rine Andrieu tra­versent sa vie et ses expé­riences amou­reuse. Elle crée une série dans laquelle cette repré­sen­ta­tion s’exprime à tra­vers une approche sur­réa­liste.  Mais sa vie trouve l’occasion de se regar­der sans filtre, de médi­ter sur la perte de ses cer­ti­tudes et sur le néant qui l’angoisse. Bref, des thèmes qui font par­tie de  de tels textes.

Une danse, un mou­ve­ment entre les corps et leurs « per­for­mances » créent des fusion, des com­mu­nions. La créa­trice se consacre à ce qui se pas­sait. Elle met en évi­dence le rejet, le conflit et la dif­fi­culté du pro­ces­sus, la recherche d’une union qu’elle a entre­vue, mais qui n’a pas encore tou­jours eu lieu. Entre la soif de la déso­la­tion et la force indomp­table se recons­truit, au fur et à mesure, un pro­ces­sus de trans­for­ma­tion qui est en cours.

Cathe­rine Andrieu confronte à la réa­lité aux por­traits des amants. Sur­git ce que Pas­cal Qui­gnard appelle Le sexe et l’effroi mais aussi un sacré dans une recherche d’absolu dont l’impossible tarde. C’est un com­men­ce­ment sans fin, et l’activation d’une nou­velle archive, une recherche d’équilibres dif­fé­rents et aussi la révé­la­tion des traces de l’aimante.
Les textes imprègnent sur­tout les embran­che­ments des amou­reux  et leurs traumatismes.

 


"Les infarctus de coeur de Catherine Andrieu"

www.lelitteraire.com

 

Le fameux titre du journal intime de Baudelaire, Mon cœur mis à nu, correspond parfaitement aux espoirs et dérives de Catherine Andrieu poète exceptionnelle mais blessée profondément  par ses amours premières ou plus anciennes.


Les éditions Rafaël de Surtis de Paul Sanda ont compris l'envergure  d'une telle œuvre. Et ce nouveau corpus renoue  avec les infarctus sentimentaux pour celle qui ne voit  l'intérêt de sa vie que dans la vérité de l'amour. Elle en a payé et paie encore le prix fort.


La force émotionnelle des affects, certaines tortures mentales de manipulateurs, l'érotisme qui parfois pour d'autres hommes culbute dans la viande ou la vanité jaillissent de la tempête intérieure d'une poétesse qui reste la dernière des surréalistes mais la jeunesse de l'exigence d'un lyrisme particulier original.


Catherine Andrieu s'appuie sur l'idée du chemin, de la trace, de la possibilité du voyage. Elle exploite non le plein mais l'interstice pour  montrer ce qui s’y passe là  où se dessine poétiquement la représentation physique du parcours invisible de l’être et de son affect.


Ces différents temps de l'œuvre, en cette série de  rhizomes, deviennent le sceau  de la multiplicité des histoires d'âme et de corps. Elles construisent l'expérience d'une telle femme d'exception livrée sur son quai des brumes et goélands de l'Océan.

 

 

Catherine Andrieu, Des nouvelles de Léda ?

RAL'M

 

Dans cet ensemble de textes des courants d’énergie libidinale et mystiques appellent à la rencontre impossible, au seuil infranchissable. Ce qui se soustrait est tout autant offert en une absence présence. N’y manque que l’humour : mais il ne peut se profiler lorsque manque l’amour. L’auteur l’attend non au-delà mais ici même dans sa solitude extrême qui la fait voyante même de ses voyeurs. Elle connaît leur obscur mais s’adresse encore à eux.

Enfreignant par exemple la règle qu’une belle jeune fille, celle-ci ramène parfois par la mort qu’elle fréquente à une forme de Vanité. Le passage du temps, cruel pour la beauté, devient le passage vers la chair laissée à la dévoration du Dieu-Temps.

Catherine Andrieu ose parfois préfiguration de la femme devenant vieille et aux chairs molles. Elle retient par exemple de ses deux mains ses seins lourde. Chair pendante, sa poitrine  n’est donc pas celle d’une jeune femme, comme si la beauté était toujours déjà vouée à la mort.

La source véritable serait-elle alors Métaphysique ? Il y a en cette femme de l’ordre de l’acceptation de l’inéluctable. L’artiste apparaît ainsi comme la peintre de "ce qui est".

Ecoutons là. Car elle nous manque. Comme nous lui manquons sans doute toujours un peu. Nous dérivons parfois en rêvant de partager sa couche où nous joindrions nos nudités. Mais sans doute ce pas au-delà serait un pas impossible. Ou de trop. Ecoutons là plutôt dire ses symptômes et les nôtres. Et évoquer écarts, ruptures et convulsions lentes.

 


Catherine Andrieu, Des nouvelles de Léda ?

Recours au Poème

 

Les lecteurs des textes de Catherine Andrieu deviennent ses voyeurs obligés. Ils projettent sur la femme, son corps, son âme ce qu’elle en dit. Les voici soumis à ce flux et démultiplié car l’œuvre est aussi profondément spirituelle et ailée que charnelle et érotique.

Parfois cela peut sembler cruel du moins pour un public effarouché. Surtout lorsqu’elle évoque l’amour même si, au fond, Catherine Andrieu demeure pudique et presque platonique. Bref nue de nuées.
 
Pourtant sa poésie dérange car il n’est pas jusqu’à la vulve parfois béante de s’ouvrir sur l’imaginaire. Le lecteur se plait alors à considérer l’auteur coupable de nous imposer son implicite injonction : “regarde !”.  Mais dès lors il est obligé de s’infiltrer par où ça passe et ne finit jamais de s’enfoncer.
 
La vie s’y rattache — même dans ses envolées là où l’auteur enjoint de regarder par le trou de sa serrure pour voir non seulement ce qu’on espère mais aussi des abysses de l’existence puisque de l’enfance à aujourd’hui, de la Méditerranée à l’Atlantique Catherine Andrieu nous offre sa vie. Pas toutefois comme un festin nu. Car il y a bien plus. La douleur demeure même si parfois l’auteur la cache sous une mantille.
 
Comme Artaud, elle est à sa manière une suicidée (encore en vie) de la société dont elle fait partager le sort des victimes. Elle est à ce titre la “différante” (pour emprunter le néologisme de Derrida). Elle tient debout dans ses textes comme si c’était un miracle de l’amour même lorsqu’il chute et ce pour dire l’absence et le manque. L’accomplissement toutefois n’est pas oublié. Il est plus même plus qu’une thématique : il devient la poésie et sa présence. Bref son essence.

 

Ce qui est masqué dans les abîmes de l’être l’auteure le révèle en nous faisant participer à sa quête. Sur le blanc de chaque page nous retrouvons l’épreuve de l’épaisseur humaine nourrie de bien des mythes (et des chats) qui participent à une telle éclosion contre les occlusions de l’âme et les ratés du corps.
 
Tout un monde intérieur est là entre orgasme et douleur dans un effet de sublimation où le cri du cœur trouve des mots pour se dire. De la crudité facile il n’est jamais question mais de vérité. Et c’est un honneur de la présenter par celle qui lie la poésie à l’érotisme, l’art à la matérialité de l’âme de même que ses diverses postulations complexes à son envie d’être en vie malgré sa charge de supplices.
 
Si bien que c’est l’inconscient qui s’ose et parle. Catherine Andrieu devient Vénus, Sainte Thérèse et Madame Edwarda confondues.